Contestations sociales et affrontements avec la police a Maknessi et Ben Guardane

Hier, des affrontements ont éclaté entre les manifestants et la police dans deux régions du sud du pays: à Maknessi (gouvernorat de Sidi Bouzid) et dans la ville frontalière de Ben Guardane (gouvernorat de Mednine). différentes régions, mais mêmes raisons: promesses non tenues du gouvernement à la population de ces régions.

carte_sidibouzid

A Maknessi après plus d’ un an de négociations concernant la capacité de travail des habitants de la région dans les mines de phosphate, la police a violemment attaqué un sit-in. Ensuite, ils ont éclaté des affrontements entre manifestants et policiers toute la nuit avec des barrages routiers et jetant des pierres en réponse aux gaz lacrymogènes de la police.

photos: page fb “Maknessi revolution”

La direction locale de l’UGTT après l’attaque de la policee aux travailleurs  a immédiatement arrêté les négociations et a appelé à une grève générale dans la ville pour la journée d’aujourd’hui.

photos: page fb “Maknessi revolution”

bg1

A Ben Guardane, ou la principale activité économique est le commerce transfrontalier, après les promesses de soutien économique et le développement de Mars dernier, suite à la bataille de Ben Guardane entre les djihadistes et les forces de sécurité, certains commerçants exaspérés par la fermeture du passage de Ras à la frontière Jadir par la partie tunisienne, ils ont attaqué le poste de police local. Les commerçants ont eté rejoint da le diplômes chomeur et même  ici les affrontements a duré toute la nuit.

ben-guerdane-sur-la-corde-raide

Aujourd’hui, le journal “embedded” La Presse a criminalise  ces mouvements sociaux agitant toujours le spectre du terrorisme. Citant des sources de sécurité “inquiet” et pour le septième anniversaire de la «révolution» (plus précisément, revolt populaire) au sud et voir si les tensions sociales en particulier à Sidi Bouzid, Kasserine Ben Guardane et peuvent causer instabilité dan le pays et faciliter les attaques terroristes, “distrayant” les forces de sécurité:

La Presse 1

La Presse 2

Donc, la «réponse» aux demandes sociales légitimes est toujours le même: la répression policière et la criminalisation, à la fois justifiée par le “état persistant d’urgence», une contradiction dans les termes, car il est “une urgence” au cours de quelques années …

SFAX: ENORME MOBILITAZIONE POPOLARE CONTRO L’ASSASSINIO PER MANO SIONISTA DEL MILITANTE DELLA RESISTENZA PALESTINESE MOHAMED ZOUARI

Lo scorso 15 Dicembre l’ingegnere Mohamed Zouari e militante da anni nella resistenza palestinese é stato assassinato quasi sicuramente da agenti del Mossad davanti la sua abitazione a Sfax.

Mohamed Zouari negli anni ’90 preferi la via dell’esilio essendo un militante della fratellanza musulmana tunisina, duramente repressa dal regime di Ben Ali, si trasferi in Palestina dove milito’ nella componente della resistenza palestinese a lui più vicina ideologicamente ovvero Hamas.

Mise al servizio della resistenza palestinese la propria intelligenza e conoscenze tecniche e scientifiche contribuendo alla costruzione di droni.

Con la caduta del regime tunisino nel 2011 e la successiva amnistia verso gli oppositori politici, Mohamed poté rientrare in Tunisia ma in ogni caso preferi continuare a vivere in Medio Oriente, tra Turchia e Gaza, per continuare a fornire il proprio supporto alla Resistenza Palestinese.

Tuttavia questo mese era tornato nella sua casa natale a Sfax dove, pochi giorni dopo il suo rientro, viene freddato da decine di colpi di pistola dopo essersi appena introdotto nella propria automobile.

La dinamica dell’esecuzione, come l’utilizzo di silenziatori per le pistole ad esempio  e l’attività di Mohamed indicano chiaramente che il Mossad (i servizi segreti israeliani n.d.a.) é dietro l’assassinio.

Ad una totale “congiura del silenzio” da parte del governo tunisino (nonostante abbia il suo interno Ennahdha ovvero il partito che rappresenta la Fratellanza Musulmana in Tunisia, vero e proprio partito fratello del partito palestinese Hamas) é corrisposta un’ondata di indignazione nel paese da parte di tutti i settori democratici, progressisti e nazionalisti tunisini (oltre che alla base di Ennahdha ovviamente).

Tutte queste componenti hanno denunciato ancora una volta l’ingerenza di un’entità straniera (l’entità sionista) all’interno del paese. Non é la prima volta che l’entità sionista interviene direttamente in Tunisia calpestando la sovranità nazionale di questo paese, alla fine degli anni ’80 vi era stato il grave incidente di Hammam Chott con decine di morti e feriti.

Inoltre é stato anche denunciato l’atteggiamento servile del governo tunisino sempre pronto a prostrarsi dinnanzi all’imperialismo, al sionismo e alle potenze regionali straniere del golfo.

Infine il 24 Dicembre una grande mobilitazione popolare ha avuto luogo a Sfax con ben 4 manifestazioni di piazza contemporaneamente che hanno paralizzato la seconda e più grande città del paese.

Segnaliamo una organizzata dall’ UGTT con forte presenza di avvocati e composizione popolare, un’altra organizzata dall’ordine degli ingegneri e una dagli islamisti di Ennahdha.

In tutte le manifestazioni erano presenti un fiume di bandiere tunisine e palestinesi.

In particolare nella prima vi erano slogan contro l’entità sionista ed il diritto all’autodeterminazione del popolo palestinese e anche slogan a favore della liberazione di Aleppo dal terrorismo islamista salafita ma purtroppo, a queste giuste rivendicazioni, hanno fatto da controaltare degli slogan a sostegno di Assad e alle forze legate al regime siriano.

La sinistra riformista tunisina e non solo, ha come componente strutturale del proprio riformismo/revisionismo la deviazione del panarabismo che oggi si concretizza con il sostegno a regimi arabi reazionari con la pretesa che essi siano “anti-imperialisti” come la Siria di Assad, l’Iraq di Saddam Hussein e la Libia di Gheddafi. Ma rimandiamo al futuro una critica organica alla deviazione del panarabismo presente nella sinistra riformista nei paesi del Nord Africa e del Medio Oriente e spesso sostenuta dai “rosso bruni” nei paesi imperialisti.

Infine da segnalare che pochi giorni prima vi é stata una mobilitazione sulla questione organizzata dalla comunità tunisina di Parigi, riportiamo il documento di convocazione:

 

Les associations démocratiques de l’immigration et les partis Tunisiens
dénoncent L’assassinat de Mohamed Zouari
Résistant Tunisien de la cause palestinienne
Assassiné par les sionistes israéliens à Sfax en Tunisie le 15/12/2016

Encore une fois les sionistes israéliens assassine des citoyens en Tunisie (la Tunisie a été meurtrie a plusieurs reprises: Bombardement à Hamam Chott le 1er octobre 1985 où sont tombés 50 Palestiniens et 18 Tunisiens, le meurtre d’Abou Jihad le 16 avril 1988).

Jeudi 15 décembre, des assassins ont tué par balles Mohamed Zouari alors qu’il quittait à bord de sa voiture son domicile à Sfax (pas moins de 20 impacts de balles).

Nous, associations démocratiques et les partis politiques de l’immigration tunisienne en France, présentons nos sincères et tristes condoléances à la famille du martyr. Nous dénonçons ce lâche assassinat et toutes les agressions permanentes contre le peuple palestinien et les militants qui soutiennent sa cause pour ses droits nationaux, contre l’occupant israélien, qui, dans le silence honteux et complice des pays européens, mène une politique coloniale abjecte.

Nous déclarons que ce lâche assassinat ne doit pas rester impuni, et dénonçons le silence des autorités tunisiennes qui refusent de pointer du doigt et de dénoncer le crime israélien

Nous exigeons, que le gouvernement tunisien saisisse le conseil de sécurité de l’ONU pour l’adoption d’une résolution condamnant fermement l’État colonial d’Israël pour la violation de son territoire et l’assassinat de Mohamed Zouari et déférant les dirigeants responsables et de cet acte abject devant la cour pénale internationale.

Israël viole la souveraineté nationale des pays et assassine les citoyens qui refusent sa politique raciste et coloniale en toute impunité, cela doit cesser.

Nous appelons toutes les forces éprises de paix et d’amitié entre les peuples, d’apporter leurs soutiens pour que justice soit faite et que les meurtres de l’État d’Israël soient condamnés fermement.

Exigeons tous ensemble que toute la lumière soit faite.

A bas les assassinats impunis de l’état d’Israël
Vive la solidarité avec la lutte du peuple palestinien pour tous ses droits
Rassemblement jeudi 22 décembre 2016 a 18 heures
Tous ensemble a la Fontaine des innocents

Rassemblement jeudi 22 décembre 2016
Tous ensemble a la fontaine des innocents
Fontaine des Innocents – Châtelet
Jeudi 22 Déc.2016 à 18h30

Signataires :

  • Association des Tunisiens en France – ATF
  • Assocaition Démocratique des Tunisiens en France – ADTF
  • Fédération des Tunisiens Citoyens des desu Rives – FTCR
  • Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie – , CRLTDH
  • Reseau Euro-Magrébin Culture et Citoyenneté – REMCC
  • Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens – UTIT
  • Union des Tunisiens pour une Action Citoyenne – UTAC
  • Voix Libre
  • Le Pont de Genève

Partis politiques :

  • Front populaire France Nord,
  • Attayar France, Ettakatol France,
  • AlJoumhouri France,
  • Achaab France,
  • Al Massar France Nord
  • Tahalof France

Soutiens :

  • Association France Palestine Solidarité – AFPS
  • Association des Travailleurs Maghrébins en France – ATMF
  • Associaiton des Marocains en France – AMF
  • Associaiton des Citoyens Originaires de Turquie – ACORT
  • Droits Devant
  • Cedetim/ Initiative pour un Autre Monde – IPAM
  • Mouvement contre le Racisme et l’ Amitié entre les Peuples – MRAP
  • Ligue de Droits de l’Homme – LDH
  • Union Syndicale Solidaires
  • Ensemble
  • Parti Communiste Français – PCF

Un martyr dans le lieu de travail dans le secteur minier de Gafsa

Encore une fois, le bénéfice dans l’un des secteurs clés de l’économie tunisienne vaut plus qu’une vie humaine

“على أن الدماء المهدورة داخل مناجم الموت ، و العرق المسكوب على مادة الفسفاط الرمادية المستخرجة من باطن الأرض ، لا يعني ، في الحقيقة ، شيئا مذكورا ، أمام تضاعف قيمة أسهم الشركة ، خصوصا إذا كانت هذه الدماء المستباحة ، دماء الشعوب المغلوبة و الفئات المعدمة منها تحديدا”

السماء تبكي أبناء المناجم…
ارتقى اليوم “مراد العيساوي” شهيدا للشغل والكرامة ، إثر تعرضه لحادث شغل أثناء مزاولته لعمله الليلي صلب شركة فسفاط قفصة وبالتحديد في” مغسلة الفسفاط” بأم العرائس، إثر سقوطه منذ أيام من منصة يتجاوز إرتفاعها ال8 أمتار و الفاقدة لجميع شروط السلامة المهنية…
في مدننا المنكوبة و في غياب أبسط مقومات الحياة و غياب المستشفيات فإن من يتعرض الى حادث شغل داخل شركة النهب عليه ان يؤخذ مئات الكيلمترات للعلاج ، هذا ان عاش …
أين حق العامل الذي يروي بدمائه إقتصاد الوطن في غياب لسيارة مجهزة تنقله للمستشفى..أين الوطن من أناة شعبه الذي يفقد أبناءه بصمت..أين نحن من كل الشتائم التي تلحقنا من جراء “نفة الفسفاط إلي عنا” فكفاكم تنكيلا بنا فنحن أبناء الفلاقة ولن نبخل عليك يا وطني.
#تحية لروح الشهيد
#الحقوق تفتك ولا تهدى..

L’état policiere au service de l’anciene régime: les tuers de Chokri Belaid en liberté, la jeunesse en prison!

15356579_1628204234152268_4107460372273414583_n

Manifestation Mercredi le 4 Janvier 2017, Tribunal de premiere instance de Nabeul organisé par Manich Msamah:

رفضا للاحكام الجائرة و التعسفية في حق شباب قليبية
تدعو مانيش مسامح كل القوى المدنية و السياسية و كل نفس حر الى الحضور امام محكمة نابل يوم 4 جانفي 2017 للتعبير عن رفض المهزلة القضائية/البوليسية.
#14_سنة_سجن
#حتى_انا_حرقت_مركز

facebook event: https://www.facebook.com/events/1679312969026556/

Article de Henda Chennaoui apparu sur Nawaat.org le 02 Decembre 2016

Assassinat de Chokri Belaid : 14 ans de prison pour les manifestants à Kélibia

11 jeunes de Kélibia ont été condamnés par contumace à 14 ans et un mois de prison ferme suite aux violentes manifestations consécutives à l’assassinat de Chokri Belaid. Depuis 2013, d’autres jeunes ont été condamnés pour des faits similaires à Nassrallah ( gouvernorat de Kairouan ) Gafsa, Douz, Redayef, Mednine, Kef, Monastir ou Ben Guerdane. Mais le jugement rendu par le tribunal de première instance le Nabeul le …17 octobre 2016, est des plus « sévères», selon l’avocat de la défense.

manif-jeunes-chokri-belaid

Le tribunal de première instance de Nabeul a condamné par contumace 11 jeunes de Kélibia à 14 ans et un mois de prison ferme le 12 octobre 2016. Le tribunal avait retenu sept chefs d’accusation parmi lesquels la « provocation d’incendie dans des locaux non habités », suite à l’assassinat de Chokri Belaid le 6 février 2013. Une affaire qui ressemble à une dizaine d’autres dans différentes régions où des manifestations ont eu lieu contre le parti islamiste Nahdha à la tête du pouvoir à cette époque.

Du 6 au 8 février 2013, les manifestations à Tunis et dans les régions étaient marquées par de violents dérapages. Des locaux de Nahdha ont été brûlés et saccagés. Le Front Populaire mais aussi Nidaa Tounes avaient ouvertement imputé la responsabilité politique de l’assassinat de Belaid au parti islamiste. Béji Caid Essebsi avait accusé Ali Larayedh, ministre de l’Intérieur de laxisme car il était au courant des menaces de mort contre Belaid.

Le jugement rendu contre les jeunes de Kélibia n’est pas isolé. À Nassrallah ( gouvernorat de Kairouan ) deux jeunes, accusés d’avoir brûlé le local de Nahdha ont fini par être acquittés le 19 juin 2014 après 14 mois d’arrestation. À Gafsa, Douz, Redayef, Mednine et Kef, les procès liés à cette vague de protestation sont en cours. Le 5 février 2016, la Cour d’appel de Monastir condamne trois jeunes de Ksibet El Mediouni à deux ans de prison ferme. Les 21 autres accusés ont été acquittés. Les trois condamnés sont accusés de vol de matériels d’un poste de police. Le 11 octobre 2016, le bureau de Nahdha à Ben Guerdane signe un accord de réconciliation avec les jeunes accusés d’avoir brûlé son bureau mettant fin aux poursuites judiciaires.

Seif Eddine Dallegi, ouvrier de 25 ans est l’un des 11 condamnés de Kélibia. Le 7 février, il était parmi les manifestants qui se sont rassemblés au centre ville, avant de se diriger vers le local du parti Nahdha. « Nous étions quelques dizaines de personnes. Au bout de quelques minutes du rassemblement, des confrontations ont eu lieu avec la police qui voulait disperser la foule. Les manifestants se sont divisés entre ceux qui sont restés devant le local de Nahdha et d’autres qui sont partis au poste de police. Entre temps, on nous a informé du vol de la fourrière municipale et d’un hôtel. Deux jours après, la police m’a convoqué … » se rappelle Seif Eddine.

L’avocat de la défense, Anis Ezzine affirme que les onze condamnés n’ont rien à avoir avec les dérapages qui ont eu lieu. « Nous cranions une instrumentalisation politique de l’affaire surtout que les jugements sont sévères et ne prennent pas en compte le contexte politique des événements» s’inquiète-t-il. En effet, les accusés devaient répondre de sept chefs d’accusation : participation à une entente en vue de préparer et de commettre une agression contre les biens et les personnes, participation à une rébellion provoquée par plus de dix personnes durant laquelle il y a eu agression d’un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions, entrave à la circulation dans les voies publiques, dégradation, sciemment de bien d’autrui, provocation d’incendie dans des locaux non habités, jets de corps solides contre les biens d’autrui ; provocation de bruit et de tapages dans un lieu public.

Âgés de 18 et 25 ans, les onze condamnés sont juridiquement en état de fuite. ( Aymen Garouch, Ahmed Ben Massoud, Marouan Mrabet, Wissem Abdelwahed, Makrem Charfi, Meriem Jerbi, Hamida Hazem, Seif Eddine Dallegi, Rabii Abdeljaouad et Houcine Hassana ).

Dans un communiqué publié, le 1er décembre 2016, la section Kélibia – Korba de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme estime que la condamnation de 14 ans de prison est « sévère » vu les circonstances particulières des événements, l’âge des accusés, majoritairement étudiants ou élèves sans antécédents criminels. La LTDH avait déjà souligné, le 31 mai 2013, que les manifestants pacifistes ont été infiltrés par des malfaiteurs qui ont profité de la colère populaire pour voler et saccager un hôtel et une fourrière de motos. Outre les avocats qu’elle a nommé pour défendre les 11 jeunes condamnés, la Ligue a constitué un comité de soutien réunissant des militants indépendants et des partis politiques pour réclamer « un procès équitable ». Les avocats de la défense affirment qu’ils déposeront un recours en cassation dans les prochains jours.

Le 2 juin 2014, l’Assemblée nationale constituante a voté une loi d’amnistie pour toutes les personnes qui ont participé aux événements de la révolution du 17 décembre 2010 au 28 février 2011. Cette loi a été votée sous la pression de la société civile qui a lancé la campagne Moi aussi j’ai brûlé un poste de police revendiquant la légitimité circonstancielle de l’acte révolutionnaire après avoir recensé près de 130 procès contre des jeunes qui ont participé aux manifestations contre la dictature.

Les diplômes chomeur arrêtés à gabes sont libres

Les 12 arrêtés vendredi dernier devant le gouvernorat de Gabes  et traduits en prison a Medenine, vendredi dernier, ont été libérés cet après-midi a 16 heures. Après des jours de sit-in et des blocages, des dizaines de manifestants ont finalement célébré cette victoire hors cour malgré la pluie devant le tribunal de Gabes.

Palestine: URGENCE : NE LES LAISSONS PAS FAIRE !

 

URGENCE : NE LES LAISSONS PAS FAIRE !

ADEL SAMARA, prochaine victime ?

 

images

Après l’assassinat de Nater Hattar en Jordanie et du dernier communiste d’Arabie Saoudite,  un autre communiste est aujourd’hui menacé : l’autorité Palestinienne s’attaque à Adel SAMARA – symbole de la résistance et du combat du peuple Palestinien et fervent opposant aux accords d’Oslo et à la normalisation avec l’entité sioniste.

Voici quelques passages du dernier message d’ Adel SAMARA sur sa situation :

« Vous m’accusez de rejeter la normalisation avec l’entité sioniste et de refuser le processus de soumission qui en est sous-jacent. Ce refus vous amène aujourd’hui à me trainer devant les tribunaux tout simplement parce que je rejette en bloc ce processus dans sa totalité. Tout cela, en outre, se fait avec en toile de fond un complot politique ouvertement organisé contre la cause Palestinienne depuis l’assassinat de Naji Al Ali.

 Un autre chef d’accusation lancé à mon encontre est en lien direct avec l’affaire du document intitulé « un cri de fond » – document qui a été rejeté par l’ensemble des organisations Palestiniennes en Syrie et que j’ai moi-même récusé. C’est pour l’opposition à ce document que je me trouve aujourd’hui convoqué auprès du tribunal. (…)

 Aujourd’hui, les faits par eux-mêmes montrent sans équivoque que la terre historique de Palestine est peuplée par les autochtones et par des colons ; chacune de ces composantes défend ses intérêts pour continuer à exister et à annuler l’existence de l’autre.

 Dans ma patrie qui est la Palestine, je me suis fait blessé, emprisonné et condamné maintes fois à des peines de prison. Rappelons simplement quelques dates : 1963, 1965, 1967, 1978, 1998, et aujourd’hui encore, on me traine devant les tribunaux. La cause et le coupable sont toujours les mêmes. Or, qu’en est-il l’ennemi et de sa démultiplication ? Y a-t-il quelqu’un qui les jugera ?

Pour toutes ces raisons, je suis donc appelé à comparaître, selon cette dernière convocation que j’ai reçue : « vous devez vous présenter au tribunal mercredi 19 octobre 2016, à 9h00 du matin, dans la région d’Albalouh, dans la ville de Bir ».

Cette situation impose d’apporter solidarité et soutien à notre camarade Adel SAMARA ainsi qu’à la cause qu’il défend, à savoir lutter contre la normalisation avec l’entité sioniste et pour la libération de toute la Palestine. Merci à toutes les forces progressistes et militantes qui feront connaître le plus largement possible la situation de ce camarade de lutte et qui pourront faire pression pour qu’il ne soit pas jugé pour ses idées justes et légitimes.

 

Paris, le 14 octobre 2016

Comité d’action et de soutien aux luttes du peuple Marocain

Maroc : Attaque contre les prisonniers politiques sahraouis

gdeim_izikkkkk-26030

Les prisonniers politiques sahraouis du groupe de Gdeim Izik ont été attaqué par les agents de l’administration pénitentiaires de la prison marocaine d’El Aarjat pour avoir protesté contre les dures conditions dans cette prison et la confiscation de tous leurs biens. Plusieurs prisonniers ont été blessés à cette occasion. Les autorités marocaines avaient procédé en août dernier au transfert de 21 prisonniers politiques sahraouis de groupe de Gdeim Izik depuis la prison de Salé vers celle d’El Aarjat, après l’annonce de la Cour de Cassation marocaine le 27 juillet 2016 du renvoi de l’affaire des 23 prisonniers politiques sahraouis condamnés par une cour martiale marocaine à de lourdes peines allant de 20 ans à la perpétuité, devant une juridiction pénale de droit commun.
En novembre 2010, des affrontements ont éclaté au Sahara occidental, lorsque les forces de sécurité marocaines ont démantelé un camp sahraoui à Gdeim Izik où des milliers de Sahraouis manifestaient pour des revendications sociales et économiques. Des centaines de sahraouis ont été arrêtés et 25 d’entre eux ont été condamnés par un tribunal militaire à des lourdes peines d’emprisonnement allant de 20 ans à la perpétuité.

Regrette la mort de Shimon Peres?

 

csqjbo_ueaa4qtj

Shimon Peres l’ancienne premiere ministre de l’etat sioniste est mort le 28/09/2016.

Il est responsable de crimes de guerre comme Parmi le bombardement, alors qu’il était Premier ministre, d’un camp de l’ONU près du village libanais de Cana en 1996. 106 civils libanais avaient été tués.

palestine18avril1996cana_a15
Cana

Aussi de le bombardement en Tunisie de le siege de l’OPL a Hammam Chott (banlieue nord de Tunis) le 1er Octobre 1986, il y a 30 ans hier, avec 80 morts entre Palestiniens et Tunisiens, une centaines de blessés ainsi que des dégâts matériels. Le l’endemain de l’attaque Peres annonçait fièrement la mort de Yasser Arafat.

bombardements-hammam-chatt-1985
Hamma Chott
images
Hammam Chott

Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne a defini Shimon Peres: “partenaire courageux pour la paix” c’est une example domment la direction de al-Fatah et de l’OLP adjourdhui a trahi la cause du peuple palestinienne.

L’editorial exprime les plus grandes félicitations pour la mort d’un criminel de guerre et ennemi du peuple palestinien et des peuples arabes et le monde entier.

 

La Tunisia laica e progressista si mobilita contro il fascismo islamico e neomedievale dell’ISIS

Abbiamo tradotto e rigiriamo il seguente appello per la “Prima manifestazione in un paese arabo e musulmano contro l’EIIL in Tunisia”.

La manifestazione è organizzata dal basso da alcuni giovani che si definiscono “indipendenti e portatori di valori universali”, da quel che sappiamo nessun partito tunisino  laico, secolare o di sinistra sta dando un contributo per la riuscita di questa manifestazione anche i  partiti sedicenti “comunisti” facenti parte del Fronte Popolare sembrano troppo impegnati nella campagna elettorale per le prossime elezioni parlamentari del 26 Ottobre e quelle presidenziali del 26 Novembre.

Sosteniamo questa manifestazione spontanea contro l’oscurantismo fascista-islamico rappresentante un reale rischio di ritorno al medioevo in Tunisia ma allo stesso tempo crediamo fermamente che solo continuando ciò che è rimasto incompiuto questo pericolo possa essere evitato.

Solo respingendo il tentativo di restaurazione del regime di Ben Ali senza Ben Ali ma che si continua a basare su uno stato di polizia con ex membri del suo regime riciclati nei  partiti che stanno contestando le elezioni e reinseriti nelle istituzioni, con legami stretti con l’imperialismo, dove i giovani che hanno dato vita alla rivolta vengono incarcerati per aver dato fuoco alle stazioni di polizia mentre gli aguzzini che le dirigevano continuano a essere scarcerati vergognosamente, dove il tasso di disoccupazione continua ad aumentare e l’inflazione colpisce in particolar modo i consumi dei beni di prima necessità.

Le avanguardie del movimento rivoluzionario tunisino nelle scuole, università, posti di lavoro e quartieri devono guardare con attenzione a questo tipo di movimenti, dare il loro contributo e mettersene alla testa per dare continuità alla rivolta popolare del 2011/2012, contrastare i tentativi di restaurazione e pacificazione messi in atto dalla borghesia compradora tunisina per mezzo dello strumento elettorale quale falsa soluzione ai problemi delle masse tunisine.

Seguiranno aggiornamenti…

dalla pagina fb degli organizzatori: https://www.facebook.com/events/1420598154853642/?ref_dashboard_filter=upcoming

Prima manifestazione in un paese arabo e musulmano contro l’EIIL in Tunisia:

Questo comunicato della manifestazione è un testo non definitivo, ogni volta che sarà necessario verrà aggiornato. Si tratta della prima manifestazione, in Tunisia, contro l’EIIL ( Emirato Islamico in Iraq e al Levante). Gli organizzatori di questa manifestazione sono coscienti della probabilità che questa fallisca, ma tuttavia restano determinati nell’ organizzarla come esperienza che nel peggiore dei casi avrebbe il merito di rivelare la posizione imparziale del cittadino tunisino, arabo-musulmano, sui crimini contro l’umanità rivelati dall’EIIL.

In effetti, questo cittadino si oppone a questo genere di crimini solo quando c’è un rapporto d’identificazione o d’interesse ben determinato.

Così, il criterio determinante del grado di simpatia o di sostegno ad una causa definita, non è il grado di attentato ai diritti umani o ai valori della modernità, ma, spesso, l’appartenenza della vittima  allo stesso prisma identitario sia esso religioso, settario, territoriale o tribale

La logica di ragionamento diffusa chiama a sostenere il prossimo anche a torto e non c’è bisogno di dire che in alcuni casi, una specie di complesso di superiorità derivante da un sentimento di superiorità religiosa e ideologica conduce, talvolta , a una certa giustificazione dei crimini contro l’umanità commessi dall’EIIL in nome dell’Islam, o nel migliore dei casi a un ricorso alle teorie di cospirazione per avere la coscienza a posto.

Noi siamo un gruppo di giovani tunisini indipendenti portatori di valori universali e difensori incondizionati di questi ultimi, abbiamo deciso di stare dietro a un movimento che ha l’ambizione di aprire il dibattito, a breve termine, su questo argomento del fondamentalismo religioso al fine di avere un dibattito nazionale e a grande scala, a medio termine, con lo scopo di gettare la prima pietra contro il fondamentalismo, il fascismo, e questa predisposizione sociale al discorso sanguinario raccomandato dagli jihadisti e soprattutto l’EIIL nei nostri paesi.

Non dimentichiamo che le vittime del progetto ideale dell’EIIL, non sono soltanto i civili siriani e iracheni che subiscono il suo terrore tutti i giorni, ma anche i nostri valorosi soldati che vegliano sulla protezione delle frontiere tunisine e pagano il prezzo del terrorismo con il loro sangue e le loro lacrime.

Non dimentichiamo, neanche, che numerosi sono i Tunisini che appartengono a questo gruppo terrorista dell’EIIL e che un giorno rientreranno in Tunisia dopo aver commesso tutti gli atti barbari di decapitazione e di tortura che vediamo nei media o sulle reti sociali.

Tutte le cause giuste dovrebbero essere sostenute incondizionatamente e non secondo la simpatia religiosa o etnica , altrimenti noi non meritiamo la nostra umanità . Al di là della manifestazione che stiamo organizzando, abbiamo altre proposte per sostenere i civili vittime del fascismo dell’EIIL.

Abbiamo deciso di scendere in strada per protestare contro l’EIIL il 25 settembre 2014.

Attualmente, in Iraq e in Siria il semplice sospetto di slealtà verso l’EIIL è passibile della pena di decapitazione e questa pratica comincia a diventare di routine e banale . Uccidono donne e bambini a sangue freddo e nel migliore dei casi li rendono schiavi. La schiavitù qui è la porta d’accesso a pratiche di abuso sessuale e di violazione dell’integrità fisica delle vittime, il tutto sostenuto da un’interpretazione fondamentalista sclerotizzata degli antichi testi religiosi .

I membri dell’EIIL, a tratti, hanno dato dopo la decapitazione le teste delle vittime ai bambini per giocarci. Le sequenze dei video che circolano sul net lo confermano e sono accessibili a tutti.

L’EIIL non rappresenta un pericolo soltanto per le minoranze religiose, ma per tutti. Tutti coloro che non manifestano la loro lealtà a questo movimento diventano oggetto di minacce di morte e di abusi sia realmente sia virtualmente sui social network.

I protagonisti dell’EIIL sono, al di là di tutto, fieri di questi crimini contro l’umanità. Le loro convinzioni dogmatiche riposano sul terrore, l’intimidazione e l’eliminazione del nemico poiché tutti i mezzi sono buoni per realizzare il sogno del califfato islamico.

 

Per sensibilizzare e richiamare l’opinione pubblica sui crimini dell’EIIL, ci permettiamo di pubblicare tutti i link dei video e delle foto delle atrocità commesse da questi terroristi .

arab version:

النصّ العربي :

ملاحظة: هذا النّص الملحق بالدعوة للتظاهرة، سيقع تحيينه كلّ ما تطلّب ذلك وهو غير نهائي.

أوّل مظاهرة في تاريخ تونس يدرك منظّموها أنّها قد تفشل فشلاً ذريعًا ولكنهم عاقدو العزم على تنظيمها كتجربة، في أسوأ الأحوال، قد تفضح هذه التظاهرة، أكثر طريقة تفكير الإنسان العربي والمسلم غير المتسامحة والتي لا تنتمي لروح العصر.

الإنسان العربي والمسلم لا يتحرّك ولا يندّد ولا يحزن على الجرائم التي تنفّذ ضدّ شقيقه الإنسان إلاّ عند وجود رابط مصلحي ضيّق معيّن.

مقياس الإنسان العربي والمسلم عمومًا للتعاطف مع قضيّة ما (وسنحاول بقدر الإمكان تفادي الشّموليّة) هو إنتماء الضّحية أو المضطهد، العرقي والدّيني والطائفي والقبائلي، والمعيار ليس مدى فضاعة تلك الجريمة وإنتهاكها لحرمة الإنسان وحقوقه الأساسية،بطريقة مبدئيّة تسمو على المنطلقات الضّيقة والسكتارية التي سبق ذكرها.

منطلق التّفكير السائد عندنا هو المثل التونسي القائل: “أنا و ولد عمّي على الغريب”.

هذا دون ذكر أنّ الطّبع المستبدّ والغرور ووهم التفوّق الإيديولوجي والدّيني على باقي الإنسانيّة قد يجعلنا في الكثير من الأحوال نبرّر تلك الجرائم أو في أحسن الأحوال نعطي تفسيرًا مؤامراتيًّا يجعلنا نطمئّن ونحن نسلك سلوكا غير إنساني تجاه الآخر المختلف.

نحن مجموعة من الشّباب التونسي المستقّل الحامل لمجموعة من المبادئ الكونيّة والمدافع عنها، قرّرنا أنّ نكون وراء تحرّك نأمل أن يكون منطلقا مستقبلا لإطلاق جدل وحوار وطني قد يؤدّي إلى بداية إقتلاع بذور الفاشيّة والتهيؤ الفكري والفعلي لتقبل الدموية والعنف في هذه المنطقة من العالم، نحو آفاق أنسانية أرحب تناضل وتنحاز للإنسان بما هو إنسان.

لا يجب أن ننسى أنّ ضحايا المشروع الفكري الدّاعشي الذي نتظاهر ضده، ليسو مواطني سوريا والعراق فقط، بل إخوتنا وعناصر جيشنا التونسي المتمترسين في جبال تونس الغربيّة والذين يواجهون ضربات الدواعش الغادرة منذ مدة.

لا يجب أن ننسى أيضًا أنّ العديد من التونسيّين وهم بالآلاف يقاتلون في صفوف التنظيم الفاشي “داعش” وهم يمارسون الآن القتل والذبح و قد يعودون يومًا لتونس، ولذلك علينا أن نقول بصوت عال، إنّ هؤلاء لا يمثلون تونس، وأن تونس لا تتشرف بجرائهم.

كلّ القضايا العادلة في العالم وجب مساندتها من منطلق الأخوّة الإنسانيّة وليس فقط من منطلق التعاطف الدّيني والعرقي.

لن نتظاهر فقط، فلدينا أيضًا مجموعة من الإقتراحات الفعليّة لمساندة المدنيين ضحايا فاشيّة داعش في سوريا والعراق، ونرحّب بكل عمل أو نشاط يصب في هذا الإتجاه.

في العراق وسوريا الآن، يتم ذبح النّاس على شبهة أو تهمة عدم ولائهم لتنظيم “الدّولة الاسلامية” الإرهابي.

يقتل النّساء والأطفال في مناطق النّزاع بدمّ بارد و في أفضل الأحوال يمارس عليهم الرّق والإستعباد والسّبي.

الرّق والإستعباد هو مدخل للإغتصاب والتنكيل الجسدي “المباح” والتفسيرات السلفية للنّصوص الدّينيّة تبيح للارهابيين فعل ذلك.

يقوم أحيانا أعضاء داعش بعد ذبح عدّوهم أو أسراهم، بإعطاء الرؤوس للأطفال ليلعبوا بها وهذا موثق عبر الانترنت.

مصيبة داعش لم تطل فقط الأقليّات الدّينيّة بل شملت الجميع، كلّ فرد لا يعلن الولاء لتلك الدّولة هو ضحيّة مفترض للقتل والذّبح والتنكيل.

هم يتفاخرون بتلك الجرائم ولا يخفونها البتّة فمنطلقهم الفكري العقائدي هو “إرهاب العدوّ بكلّ الوسائل وكلّه متاح في سبيل حلم الخلافة الإسلاميّة”.

سننشر في حائط الصفحة فيديوات وصور جرائهم لتذكير الرأي العامّ، ونحن نعتذر عن قسوة ودموية تلك الصور.

وبناء على ما ذكرناه أعلاه، قرّرنا القيام بمظاهرة في وسط العاصمة يوم الخميس 25 سبتمبر 2014، ونرجو من المواطنات التونسيات والمواطنين التونسيين المشاركة للتعبير عن انسانيتهم وتسامحهم ورفضهم للجرائم ضد الانسان كإنسان، أيا كان جنسه أو لونه أو عرقه أو ديانته…. تونس ستقول لا للإرهاب… لا للجرائم على أساس ديني.

Le texte Français:

Première manifestation contre l’EIIL en Tunisie:
Ce communiqué de la manifestation est un texte non définitif, son actualisation s’effectuera chaque fois cela est nécessaire.

Il s’agit de la première manifestation, en Tunisie, contre l’EIIL ( Emirat Islamique en Irak et au Levant). Les organisateurs de cette manifestation sont conscients de la probabilité d’échec de cette dernière, mais ils restent, tout de meme déterminés à l’organiser comme expérience qui au pire des cas aurait le mérite de révéler la position impartiale du citoyen tunisien, arabo-musulman, contre les crimes contre l’humanité révélés par l’EIIL.
En effet, ce citoyen ne s’oppose à ce genre de crimes que lorsqu’il y a un rapport d’identification ou d’intérêt bien déterminé.
Ainsi, le critère déterminant du degrés de sympathie ou de soutien d’une cause définie, n’est pas le degré d’atteinte aux droits de l’homme ou aux valeurs de la modernité, mais, souvent, l’appartenance de la victime au même prisme identitaire qu’il soit religieux, sectaire, territorial ou tribal.
La logique de raisonnement répandue appelle à soutenir le proche même à tort et cela va sans dire que dans certains cas, une sorte de complexe de supériorité provenant d’un sentiment de supériorité religieuse et idéologique mène, parfois, à une certaine justification des crimes contre l’humanité commis par l’EIIL au nom de l’Islam, ou au meilleur des cas à un recours aux théories de conspiration afin de se donner bonne conscience.

Nous sommes un groupe de jeunes tunisiens indépendants porteurs des valeurs universalistes et défenseurs inconditionnels de cette dernier, et avons décidé d’être derrière un mouvement qui ambitionne d’ouvrir le débat, sur le court terme, sur cette question de fondamentalisme religieux afin d’avoir un débat national et à grande échelle, sur le moyen terme, ayant pour but de jeter la première pierre contre le fondamentalisme, le fascisme et cette prédisposition sociale et sociétale au discours sanguinaire prôné par les djihadistes et notamment l’EILL dans nos pays.
N’oublions pas que les victimes du projet ‘idéel’ de l’EIIL, ne sont pas uniquement les civiles syriens et irakiens qui subissent ses terreurs tous les jours, mais aussi nos valeureux soldats qui veillent sur la protection des frontières tunisiennes et payent le prix du terrorisme de leur sang et de leurs larmes.
N’oublions pas, non plus, que nombreux sont les tunisiens qui appartiennent à ce groupement terroriste de l’EIIL, et qu’un jour ils rentreront en Tunisie après avoir commis tous les actes barbares de décapitation et de torture que nous voyons dans les médias ou sur les réseaux sociaux.

Toutes les causes justes devraient être soutenues inconditionnellement et non à partir du prisme de la sympathie religieuse ou ethnique, autrement nous ne méritons pas notre humanité.

En dehors de la manifestation que nous organisons, nous avons d’autres propositions tendant à soutenir les civiles victimes du fascisme de l’EIIL.

Nous avons décidé de sortir dans la rue pour protester contre l’EIIL le 25 septembre 2014.

Actuellement, en Irak et en Syrie la simple suspicion de déloyauté envers l’EIIL est passible de la peine de décapitation. et cette pratique commence à devenir routinière et banale.
Les femmes et les enfants se font tuer de sang froid, et au “meilleur” des cas font l’objet d’esclavagisme. l’esclavagisme ici est la porte d’accès à des pratiques d’abus sexuel et de violation de l’intégrité physique des victimes, le tout étayé par une interprétation des anciens textes religieux d’une manière fondamentaliste sclérosée.

Les membres de l’EIIL ont, par moment, donné les têtes , après décapitation des victimes, aux enfants pour jouer avec. Les séquences de vidéo qui circulent sur le net le confirment et sont accessibles à tous.
l’EIIL ne représente pas uniquement un danger pour les minorités religieuses, mais tout le monde. Tous ceux qui n’expriment pas leur loyauté à ce mouvement deviennent objet de menaces de mort et d’abus, que ça soit réellement ou virtuellement sur les réseaux sociaux.
Les acteurs de l’EIIL sont, par dessus tout, fiers de ces crimes contre l’humanité. leurs convictions dogmatiques reposent sur la terreur, l’intimidation et l’élimination de l’ennemi car tous les moyens sont bons pour la réalisation du rêve du califat islamique.

En guise de sensibilisation et de rappel de l’opinion publique des crimes de l’EIIL, nous nous permettrons de publier tous les liens des vidéos et des photos des atrocités commises par ces terroristes